Vous êtes ici > Pathologie > Cancer de la prostate > Traitement hormonal

 

Cancer de la prostate


 

Traitement hormonal


Le traitement hormonal est indiqué en cas de cancer de prostate métastatique c’est à dire quand le cancer s’étend à d’autres organes que la glande prostatique. Il est également utilisé en cas de cancer de prostate localisé pour diminuer le volume de la glande où encore dans le but d’avoir une synergie avec un autre traitement (chirurgie mais surtout radiothérapie). Il est enfin également utilisé à titre palliatif chez le sujet âgé même en cas de cancer de prostate localisé.
L’objectif de ce traitement est de supprimer la production de testostérone de l’organisme car le cancer de prostate est un cancer dont la croissance est directement dépendante de cette hormone. Ce traitement met donc au repos la cellule cancéreuse et permet de contrôler l’évolution de la maladie. L’efficacité de ce traitement reste transitoire la maladie reprenant à terme son évolution.
 
Cette suppression de la production de testostérone peut être obtenue de deux façons:
  • soit par castration chirurgicale encore appelée pulpectomie : la production de testostérone est effectivement essentiellement assurée par le testicule, la faible quantité restante par les glandes surrénales. L’intervention, réalisée sous anesthésie, consiste à retirer la pulpe testiculaire qui produit la testostérone. Ce traitement est définitif, rapide et permet d’observer une décroissance rapide du taux de testostérone dans l’organisme.
  • soit par l’utilisation de médicaments: 
  • Agonistes de la LHRH : Ils agissent au niveau cérébral en bloquant la production de LH naturel ce qui à pour conséquence de diminuer la production de testostérone au niveau des testicules. Ils existent sous forment injectables mensuelles, trimestrielles et maintenant semestrielles
  • Anti-androgènes : Ils agissent en bloquant l’action de la testostérone au niveau des organes cibles et notamment au niveau prostatique. Ils se prennent sous forme orale.
L’association de ces deux traitements est possible : il s’agit du blocage androgénique complet. Ce traitement est classique lors de l’initiation d’un traitement par agoniste de la LHRH. L’association de ces deux traitements est plus rare sur le long terme. 
  • Antagoniste de la LHRH : le principe d’action de ces derniers repose la encore par le biais d’une action au niveau cérébral sur la baisse de la production de testostérone testiculaire. L’avantage est la non nécessité d’y associer un traitement par anti-androgène le premier mois. Ils n’existent pour l’instant que sous forme mensuelle injectable.