Vous êtes ici > Pathologies > Infections uro-génitales > Pyélonéphrite aigue

 

Infections uro-génitales


 

La pyélonéphrite aigue



La pyélonéphrite aigue est une infection bactérienne du tissu rénal.

 

 

 

Les germes responsables sont les mêmes que ceux rencontrés lors d’une cystite. Les germes colonisent dans un premier temps la vessie puis remontent vers le rein par l’intermédiaire de l’uretère et se développent au niveau du parenchyme rénal ce qui induit alors la pyélonéphrite.

 

 

 

 

 

Le tableau clinique typique 


 
Il associe :
  • Syndrome grippal avec courbatures et fièvre élevée,
  • Douleurs de la fosse lombaire du côté du rein infecté
  • Signes de cystite (envie fréquente d’uriner, brûlures durant la miction et douleurs pelviennes)
La pyélonéphrite se rencontre pratiquement toujours chez la femme jeune, de 20 à 40 ans. 
Un tableau de pyélonéphrite aigue chez un homme doit faire rechercher une complication (malformation ou présence d’un calcul).
 

Les examens complémentaires


  • Examen cytobactériologique des urines
  • Abdomen sans préparation permettant de rechercher un calcul de l’appareil urinaire
  • Echographie de l’appareil urinaire permettant de rechercher une complication de type abcès rénal ou dilatation des cavités pyélocalicielles témoignant d’un obstacle (le plus souvent un calcul nécessitant alors une intervention chirurgicale de drainage en urgence).
  • Scanner : cet examen n’est pas demandé de façon systématique mais est utile en cas de doute diagnostic, en cas de complication (obstacle sur les voies urinaires, abcès), en cas d’évolution inhabituelle.
  • Cystographie rétrograde : examen demandé en cas de récidive de la pyélonéphrite, du même côté, à la recherche d’un reflux d’urine de la vessie vers les reins.
 

Les germes


Le plus fréquent est l’Escherichia Coli dans 80% des cas.

Dans les autres cas, il s’agit d’entérobactéries : entérocoque, klebsielle, protéus, …
 

Le traitement


Le traitement  associe des antalgiques et des antibiotiques, ces derniers étant prescrits pour une durée de 10 jours pour les pyélonéphrites simples.
L’hospitalisation peut être nécessaire notamment lorsque la fièvre est importante, nécessitant alors une double antibiothérapie afin d’obtenir une efficacité plus rapide.
Une fatigue importante pendant plusieurs jours est très souvent présente, nécessitant un arrêt de travail.
Les règles hygiéno-diététiques à suivre pour limiter le risque de récidive sont ceux de la cystite.