Vous êtes ici > Pathologies > Calcul urinaire > Néphrolithotomie percutanée

 

Calcul urinaire


 

Néphrolithotomie percutanée 


Il s’agit d’une technique chirurgicale consistant à traiter de façon endoscopique un ou plusieurs volumineux calculs rénaux.

 

Indication


Ce traitement est le plus souvent proposé en cas de calculs volumineux (supérieurs à 3 cm) ou n’ayant pas été fragmentés par la lithotritie extracorporelle.
 
   Abdomen sans préparation montrant un volumineux calcul rénal droit
 

Technique chirurgicale


Cette intervention se déroule sous anesthésie générale.
Le principe est de créer un accès direct entre l’extérieur et les cavités rénales par une incision de 1 cm. 
Dans un premier temps, une sonde est positionnée dans les cavités rénales par voie urétrale. Cette sonde permet de dilater et d’opacifier les cavités rénales pour faciliter la ponction.
Le patient est ensuite positionné sur le ventre pour pouvoir ponctionner le rein. Le trajet est dilaté par un ballon puis une gaine d’accès est mise en place. Celle-ci permet à l’urologue de travailler à l’intérieur du rein et de fragmenter les calculs à l’aide d’un néphroscope.
En fin d’intervention, une sonde drainant le rein (néphrostomie) est laissée en place, sortant au niveau du flanc. Une sonde double J peut également avoir été positionnée.
 
                              Fragmentation du calcul à l’intérieur du rein
 

Suites opératoires


La durée d’hospitalisation est de 4 à 5 jours.
La néphrostomie est retirée le lendemain et la sonde vésicale le surlendemain de l’intervention.
L’alimentation est reprise le soir même.
Un traitement anticoagulant est habituellement prescrit pendant 2 semaines.
La reprise d’une activité normale est habituellement rapide, sous quelques jours.
En cas de calculs n’ayant pu être retirés lors de l’intervention, il vous sera proposé dans un deuxième temps une séance de lithotritie complémentaire.
 

Complications


  • douleurs de colique néphrétique, liées à la migration d’un fragment calculeux.
  • Hémorragie : pouvant nécessiter une embolisation rénale et exceptionnellement de retirer le rein
  • Infection urinaire nécessitant un traitement antibiotique
  • Plaie des organes de voisinage (colon) ou des cavités urinaires : nécessité de prolonger la durée du drainage