Vous êtes ici > Pathologies > Incontinence urinaire > Différents types d'incontinence urinaire

 

Incontinence urinaire


 

Les différents types d’incontinence urinaire


Chez la femme


L’incontinence urinaire d’effort : il s’agit de fuites involontaires d’urines, non précédées d’un besoin d’uriner et survenant lors d’efforts tels que éternuement, rire, toux, port de charge, changement de position. Dans les cas extrêmes, ce type d’incontinence peut également se rencontrer pour des efforts simples tels que la marche. Elle est provoquée par une augmentation brutale de la pression abdominale et entraine l’existence de fuites par le biais d’une hyper-mobilité du canal urétral ( canal permettant d’uriner ) ou d’une insuffisance sphinctérienne ( faiblesse de l’appareillage musculaire entourant l’urètre).
 
L’incontinence urinaire par impériosités correspond à des fuites urinaires, involontaires, précédées d’un besoin impérieux et irrépressible d’uriner, pouvant aboutir à une miction complète. Cette incontinence est liée à une contraction vésicale non volontaire et indépendante des efforts. On parle alors de vessie instable ou hyperactive.
Elle peut se retrouver dans certaines situations, correspondant alors à des mictions réflexes (fou-rire, peur, orgasme).
 
L’incontinence urinaire mixte : il s’agit alors d’une association des deux autres types d’incontinence urinaire.
 
 Il est essentiel de distinguer les différents types d’incontinence car les causes sont différentes et nécessitent un traitement propre. L’interrogatoire permet le plus souvent d’en faire le diagnostic.
 

Chez l’homme


Il peut s’agir d’incontinence urinaire aux efforts, survenant après certaines interventions, notamment lors du cancer de la prostate ou de la vessie.
 
On peut également rencontrer des fuites liées à des envies impérieuses d’uriner dans le cadre d’un adénome prostatique symptomatique ou d’une maladie neurologique. 
 
Les fuites urinaires nocturnes chez l’homme témoignent en général de fuites par regorgement correspondant à une vessie pleine en permanence ( le plus souvent sans la présence d’un besoin d’uriner et sans douleur ) avec un débordement du trop plein vésical.