Vous êtes ici > Pathologie > Cancer de la prostate > Curiethérapie

 

Cancer de la prostate


 

Curiethérapie


 

Cette technique est également appelée brachythérapie. Son principe repose sur l’implantation définitive au niveau prostatique de grains d’iodes 125 radioactifs.

 

Le but de cette technique est de diminuer les effets secondaires liés à l’irradiation en permettant la distribution d’une dose de radioactivité élevée aux cellules prostatiques tout en limitant la dose de radioactivité délivrée aux organes de voisinages. 

L’implantation de ces grains d’iodes se fait sous anesthésie générale ou péridurale sous contrôle échographique transrectal, à l’aide d’une simple aiguille. Une hospitalisation de 48 heures est nécessaire.
 
La radioactivité émise à distance de la prostate et notamment au niveau de la surface corporelle est sans danger. Il faudra tout de même prendre certaines précautions au décours de l’intervention car des grains d’iodes radioactifs peuvent parfois être éliminés. Il faut donc essayer de filtrer ses urines dans les 2 à 3 semaines qui suivent l’intervention et avoir des rapports sexuels protégés. 
Ce traitement est indiqué uniquement en cas de cancer de prostate localisé sous réserve de certains critères biologiques, histologiques et anatomiques. Des effets secondaires sont possibles
 
Effets secondaires urinaires
  • Fréquents ils vont persister quelques semaines après l’intervention. Il s’agit le plus souvent d’une pollakiurie (envie fréquent d’uriner), d’une dysurie (difficulté à uriner), de brûlures urinaires, de traces de sang dans les urines.
 
Impuissance
  • Les données de la littérature sont hétérogènes, toutefois il semble que les résultats soient meilleurs qu’après radiothérapie externe.